Category Archives: Communauté

Bienvenue à OpenStreetMap Belgique, le nouveau (et ancien) chapitre local de l’OSMF

par Arnalie Vicario

Nous tenons à féliciter OpenStreetMap Belgique pour être redevenu un chapitre local d’OpenStreetMap !

L’année qui vient de s’écouler a été une année de reconstruction pour OSM.be. Retrouver le statut de section locale a été la cerise sur le gâteau. Le statut officiel confère un sérieux et un professionnalisme lors de la collaboration avec des organisations extérieures, et favorise les opportunités pour les membres d’OSM.be lorsqu’il s’agit de l’élaboration des politiques de la Fondation OSM.

Dans une déclaration pour ce billet de blog, le conseil d’administration d’OpenStreetMap Belgique partage les éléments suivants :

Nous avons eu une année 2023 difficile lorsque nous avons dû nous réinventer en tant qu’organisation distincte. Ce qui est bien, c’est que nous sommes maintenant une organisation beaucoup moins complexe. De plus, nos statuts ont maintenant une valeur légale, et nous avons été en mesure d’établir des règles qui correspondent mieux au style de gouvernance propre à OSM.

Les objectifs d’OSM.be pour 2024 incluent la promotion d’importantes tâches de cartographie et le soutien aux projets des membres. Ils poursuivront également leur projet de subvention de caméras et continueront à travailler avec Mapillary pour distribuer davantage de caméras 360° à travers l’Europe. Un autre projet passionnant est la mise en place d’une instance Panoramax pour la Belgique. Ce projet en est à l’étape de l’établissement de relations, car ils cherchent à établir des partenariats avec des gouvernements et des universités sur des serveurs.

Éléments de contexte

OpenStreetMap Belgique est devenu un chapitre local de l’OSMF le 24 mai 2018. À l’époque, OSM Belgique fonctionnait sous l’égide de l’Open Knowledge Foundation (OKFN) Belgium. L’accord de la section locale a été résilié en septembre 2023 après la démission d’OSM Belgique de l’OKFN Belgium. En novembre 2023, OSM Belgique a de nouveau demandé le statut de section locale en tant qu’organisation indépendante. Le Conseil d’administration de la Fondation OpenStreetMap a approuvé la demande le 25 janvier 2024.

Source : https://openstreetmap.be/

Merci à la communauté OpenStreetMap Belgique d’avoir répandu la bonne parole sur OSM, et d’éduquer les gens sur le pouvoir des données ouvertes, des connaissances locales et de la communauté !

Vous souhaitez devenir une section locale ?

Contactez le groupe de travail sur les sections locales et les communautés par e-mail local@osmfoundation.org, ou postez vos questions dans le fil de discussion du forum communautaire > Sections locales : ce qu’il faut savoir et comment s’inscrire.

Pour en savoir plus sur les sections locales de l’OSMF, cliquez ici :


La Fondation OpenStreetMap est une organisation à but non lucratif, formée pour soutenir le projet OpenStreetMap . Elle se consacre à encourager la croissance, le développement et la distribution de données géospatiales gratuites que tout le monde peut utiliser et partager. La Fondation OpenStreetMap possède et entretient l’infrastructure du projet OpenStreetMap et est soutenue financièrement par les cotisations des membres et les dons, et organise la conférence internationale annuelle State of the Map (État de la carte). Nos groupes de travail bénévoles et un petit noyau de personnel travaillent pour soutenir le projet OpenStreetMap. Rejoignez la Fondation OpenStreetMap pour seulement 15 £ par an ou gratuitement si vous êtes un contributeur actif d’OpenStreetMap.

2024 : annonce de l’année des cartes vectorielles OpenStreetMap

OpenStreetMap fera un grand bond en avant avec l’introduction des tuiles vectorielles sur openstreetmap.org cette année. Ceci est le premier d’une série d’articles de blog où nous partagerons nos progrès.

Pour mener à bien son projet de tuiles vectorielles, la Fondation OpenStreetMap a embauché Paul Norman, une figure reconnue de la cartographie et de l’open data, dont l’aventure avec OpenStreetMap a commencé en 2010 par une rencontre fortuite sur les forums xkcd. Son rôle dans la communauté a pris son envol avec son travail sur OpenStreetMap Carto en 2013. Son engagement bénévole auprès de la Fondation OSM, y compris ses contributions à plusieurs groupes de travail et son mandat au conseil d’administration de l’OSMF, souligne son engagement envers le projet. Sur le plan professionnel, il a occupé divers postes influents chez MapQuest, CartoDB, Wikimedia Foundation et Amazon. Des milliards de personnes ont vu les produits de son travail. Pour en savoir plus sur Paul, visitez son blog Pour des plongées techniques approfondies dans les tuiles vectorielles, suivez-le sur Mastodon ou sur Twitter.

Les tuiles vectorielles représentent une avancée significative dans la façon dont les données cartographiques sont traitées et présentées. Contrairement aux tuiles raster traditionnelles, qui sont des images statiques avec des pixels, les tuiles vectorielles sont comme les « SVG » du monde de la cartographie : vous obtenez des lignes et des points. Cela permet de stocker les géodonnées dans un format qui offre un style dynamique et de l’interactivité, ce qui permet à l’utilisateur d’adapter l’apparence visuelle de la carte sans modifier les données. Si vous pensez que le résutlat ressemble à ce que vous avez vu sur d’autres cartes, c’est bien le cas ! Les tuiles vectorielles sont devenues la norme de l’industrie dans les cartes interactives qui, contrairement à openstreetmap.org, ne sont pas mis à jour souvent, et où vous pouvez simplement recalculer l’ensemble de votre base de données de temps en temps.

Mais la carte affichée sur openstreetmap.or est tout à fait unique et différente ! Les tuiles vectorielles sont mises à jour de manière incrémentielle et constante, une minute après que vous ayez modifié. C’est une partie essentielle de la boucle de rétroaction pour les cartographes – et comment l’auteur de cet article de blog en est devenu accro de suite. C’est pourquoi nous devons investir dans notre propre pile logicielle de tuiles vectorielles.

Dans un avenir proche, pour les utilisateurs, cela se traduira par un nouveau style de carte moderne avec un zoom transparent openstreetmap.org. À plus long terme, la partie la plus excitante est ce que ce projet de tuiles vectorielles facilitera la tâche des bénévoles et des utilisateurs de tuiles : des cartes 3D, un mélange et un appariement plus efficaces des données et l’intégration d’autres ensembles de données, des styles thématiques, des cartes multilingues, des vues différentes pour les limites administratives, des points d’intérêt interactifs, des cartes plus accessibles pour les utilisateurs malvoyants, et certainement beaucoup d’autres idées que personne n’a encore proposées. Cette technologie n’est pas seulement un saut en termes d’esthétique, mais aussi de fonctionnalité, améliorant l’expérience globale de l’utilisateur.

Dans le Sondage communautaire 2021 (page 15), il n’y avait pas de sentiment clair sur ce que la fondation devait faire sur les tuiles vectorielles. Nous avons remarqué une division dans les préférences : certains prônaient le développement dirigé par des bénévoles, d’autres l’engagement professionnel. L’écosystème a évolué depuis, ce qui facilite la construction sur les briques logicielles existantes. Nous considérons notre projet comme un équilibre raisonnable entre les deux réponses les plus populaires. Investir dans les logiciels de base, c’est aussi dans le cadre de notre plan stratégique pluriannuel.

La Fondation OpenStreetMap dépend des dons pour mener à bien ce projet. Si vous souhaitez soutenir spécifiquement notre année des tuiles vectorielles, vous pouvez donner et laisser des « tuiles vectorielles » dans le message de don. Chaque contribution, grande ou petite, soutient directement notre capacité à faire en sorte qu’OpenStreetMap soit ouvert, accessible et dynamique pour tous. Votre soutien n’est pas seulement un don : il s’agit d’un investissement dans l’avenir de la cartographie open source.

Nous ne sommes qu’au début de cette aventure passionnante. Restez à l’écoute car nous approfondirons les aspects du schéma et du style dans de futurs articles de blog.

Chapitres locaux : ce qu’il faut savoir et comment s’inscrire

Qu’est-ce qu’un chapitre local ?


Nos contributeurs et nos communautés sont les principaux moteurs du projet OpenStreetMap. En tant que moyen de soutenir et de nourrir les communautés locales, la Fondation OSM reconnaît les entités juridiques au niveau du pays ou de la région, appelées « chapitres locaux », pour représenter les cartographes et les données OSM lorsqu’ils traitent avec le gouvernement local, les entreprises et les médias.

Apprenez-en davantage sur les chapitres locaux reconnus.

Comment peut-on devenir un Chapitre local ?

Bien que vous n’ayez pas besoin de devenir un chapitre local officiellement reconnu pour fonctionner en tant que groupe d’utilisateurs OSM national ou régional, il y a des avantages à adhérer. Il s’agit notamment d’une approche simplifiée de l’utilisation de la marque OpenStreetMap et d’un mécanisme de représentation de vos groupes dans tout processus décisionnel OSMF.

Ces deux pages expliquent comment candidater :

Notez que l’OSMF a récemment amélioré le processus.  Un changement majeur est que le Groupe de travail sur les sections locales et les communautés (LCCWG) traitera et examinera les demandes avant de faire une recommandation au conseil d’administration de l’OSMF.

Pourquoi devenir un Chapitre local ?

L’OSMF accorde une grande importance aux nombreuses et diverses communautés OSM et à leurs contributions à la carte. Elles servent d’ ambassadrices dans leurs zones nationales / régionales en promouvant la génération et l’amélioration de cartes, ainsi que la création et le développement des usages de la donnée et des outils OSM qui répondent à leurs besoins.

En devenant une communauté officiellement reconnue, un chapitre local a le pouvoir de :

  • Utiliser officiellement le nom et la marque déposée d’OSM
  • Représenter l’OSMF dans les interactions avec les gouvernements et les entreprises sur son territoire
  • Avoir un siège au conseil consultatif de l’OSMF (pour s’assurer que les idées et les opinions de la communauté locale sont entendues)

Postuler en tant que chapitre local est gratuit –  nous vous souhaitons la bienvenue !

Rencontrez les chapitres locaux existants !

Le conseil d’administration de l’OSMF demande aux chapitres locaux de partager leurs rapports annuels pour s’assurer que nous sommes alignés dans notre poursuite de nos objectifs communs. C’est aussi l’occasion de partager le travail incroyable de chaque chapitre avec d’autres communautés OSM et cartographiques. Les rapports récents et passés peuvent être consultés ici.  

Voici quelques faits saillants des rapports annuels de cette année :

OSM Italie (via Wikimedia Italie)

La communauté OSM en Italie avec Wikimedia Italie avait été occupée à faire de State of the Map 2022 un succès ! Revivez ce moment à travers cette vidéo :


OSM Slovaquie

Nous permettons aux utilisateurs de freemap.sk de télécharger et de visualiser des photos. Notre galerie de photos contient près de 300 000 photos, dont plus de 10 000 photos de balisage de randonnée et de cyclisme.

de la page Facebook de freemap.sk

OSM Royaume-Uni

En tant que groupe, nous avons continué à faire connaître OpenStreetMap et les cartographes britanniques. Cela allait de la cartographie des centres de déchets et de recyclage pendant les week-ends de piratage de CodeTheCity, à la présentation d’Andy Mabbett à la Data Management Association et à la British Computing Society. Ce dernier est un exemple de cas où le fait d’avoir une organisation officielle permet aux entreprises ou aux groupes de demander de l’aide.

de @stevefaeembra sur X (FKA Twitter): « Densité des éoliennes à travers les îles britanniques ». Hexbiné en hexagones de 10 km. Utilisation des données sous copyright OpenStreetMap contributeurs et #qgis. (Mise en garde habituelle pour OSM, cela ne montre que les turbines cartographiées. Environ 15 000 ont été cartographiés).

OSM Tchéquie

Outil Greeter – en 2021, nous avons développé et publié l’outil greeter-osm, qui est utilisé pour envoyer un message de bienvenue aux nouveaux contributeurs dans un domaine spécifique. En 2021, nous avons envoyé plusieurs centaines de messages de bienvenue et nous avons continué à le faire depuis. Voir github.com/osmcz/greeter-osm.

https://openstreetmap.cz/splash

OSM États-Unis

OSM US a récemment organisé le 11e State of the Map US en juin 2023 à Richmond en Virginie. Découvrez les vidéos dans la playlist Youtube et les photos sur Flickr.

de https://openstreetmap.us/news/2023/01/2022-year-in-review

OSM Japon

OSM Japan hosted State of the Map Japan 2022 in Kakogawa and online with the theme: "Restart" following the COVID19 pandemic. It was organized by 12 volunteers and attended by 140 participants with 15 student scholars volunteers. Check out the videos.

de https://openstreetmap.us/news/2023/01/2022-year-in-review

OSM France

L’année 2021-2022 a été l’occasion pour OSM France d’être intégrée au conseil plénier du CNIG (Conseil National de l’Information Géolocalisée). L’activité du CNIG se développe suite à la nomination de son nouveau président l’année dernière.
Cette entrée de l’association est une excellente nouvelle. Il reconnaît le travail de toute la communauté au service du projet OSM et marque officiellement l’importance du projet dans le paysage de l’information géographique.



La communauté OpenStreetMap en France

OSGeo Océanie

OSGeo Oceania organized FOSS4G SotM Oceania 2022 with Pacific Islands GIS and Remote Sensing User Conference in Fiji in December 2022, you can view the presentation here. This year, the annual regional conference is happening in Aukland - find out more in the official conference website

de https://osgeo-oceania.org/

FOSSGIS Allemagne

FOSSGIS Conference 2023 happened in March 2023 in Berlin. Participated by about 500 participants, FOSSGIS Konferenz addresses local users and businesses to meet, learn about new development & collaborate on local chapter activities in their own language.

Les trois exemples de cartes suivants montrent une partie de la colonie de jardins familiaux berlinois « Am Stadtpark I » ALKIS comme exemple de géodonnées officielles (à gauche), 
modèle numérique de surface basé sur l’image (bDOM) à titre d’exemple des données de télédétection libres (image du milieu), 
Carte  OpenStreetMap (à droite).
Depuis https://www.fossgis.de/aktivit%c3%A4Ten/Grueneoasen/

OSM Islande

OSM Iceland has met with the National Land Survey of Iceland who has been tasked with creating a free and open road dataset. Until now the OSM road data has been the de facto road network used in work both by governmental and non-governmental organizations. A presentation made in 2020 for the OSMF board is available at the OSMF website.


OSM Suisse

In January 2023, Geomob podcast featured an active Swiss mapper, Simon, who happens to be the the current president of the Swiss OpenStreetMap association. Tune in to hear about his motivation for the project, and his perspective on the OpenStreetMap community and its future.

De : https://twitter.com/SwissOSM/status/1668582508693266434

OSM Belgique

Note : OSM BE n’est actuellement pas une section locale reconnue, en raison de changements internes dans l’organisation. Toutefois, le présent rapport reflète une période où ils ont été reconnus..

OSM Belgium a été occupé à organiser State of the Map Europe 2023 qui aura lieu à Anvers. Il espère rassembler les membres les plus brillants et les plus actifs de la communauté de cartographie et de développement OpenStreetMap pour un échange détaillé de résultats et d’idées qui soutiennent le succès continu des différentes initiatives en renforçant les projets et la collaboration en cours. Plus d’informations sur le site Web.

L’évolution de la cartographie des routes à Bruxelles. Vert : routes lentes. Gris : routes cartographiées. Noir : routes en cours de travaux ce mois-là. À partir de https://openstreetmap.be/en/projects/road-completion.html

OSM République démocratique du Congo

Fin 2022, OSM RDC a commencé à cartographier les projets de crowdmapping des principales voies navigables en utilisant une référence nationale de données ouvertes pour identifier celles qui manquent et les numériser manuellement. Deux provinces (Lualaba et Haut-Katanga) sur 26 sont en cours de finalisation, mais nous voulons atteindre une couverture nationale. Voir cette présentation lors de la session OSMF Community Spotlight en juillet 2023.


OSM Irlande

OSM Ireland Buildings Microgrant Project concluded in 2022 - with 200,000 buildings mapped with growth in the community as a result of frequent online community meetings and goodies. See the full report in the wiki.


OSM Autriche

OSM Autriche continue de diffuser la connaissance d’OpenStreetMap dans le pays. Ses membres ont participé à Maker Faire Vienna 2023, le salon professionnel des fabricants et inventeurs du monde entier, et se réjouissent de participer à Maker Faire Salzburg en novembre de cette année.

de https://www.openstreetmap.at/2023/07/das-war-die-gi-salzburg-2023/

Logiciel Open Source Libre Kosova

Fostering Community Engagement in Albania: OSM Kosovo played an integral role in establishing and organizing the OpenStreetMap Albania community. Their efforts were focused on fostering a vibrant mapping community, promoting the use of open-source mapping tools, and facilitating collaboration among various stakeholders.

https://flossk.org/foss4g-wraps-up-its-2023-edition-in-prizren/

Association OpenStreetMap Pologne

OSM Poland has been developing the OpenAEDMap project, which has reached more than 5,600  locations of the AED devices - this is possible thanks to community activism and a campaign among local government entities.
https://openstreetmap.org.pl/2023/laboratorium-regionow-warmia-i-mazury-popularyzacja-openstreetmap/

Si vous et votre communauté êtes intéressés à devenir une section locale, veuillez consulter la page FAQ ou contacter le LCCWG par e-mail local@osmfoundation.org.


La Fondation OpenStreetMap est une organisation à but non lucratif, formée pour soutenir le projet OpenStreetMap . Elle se consacre à encourager la croissance, le développement et la distribution de données géospatiales gratuites que tout le monde peut utiliser et partager. La Fondation OpenStreetMap possède et entretient l’infrastructure du projet OpenStreetMap et est soutenue financièrement par les cotisations des membres et les dons, et organise la conférence internationale annuelle State of the Map (État de la carte) . Nos groupes de travail bénévoles et notre petit noyau de personnel de base travaillent pour soutenir le projet OpenStreetMap. Rejoignez la Fondation OpenStreetMap pour seulement 15 £ par an ou gratuitement si vous êtes un contributeur actif d’OpenStreetMap.

L’évolution du « notathon » en Amérique latine

“Notes” est une fonctionnalité essentielle du site Web OpenStreetMap.org. Il vous permet d’ajouter un commentaire sur la carte pour aider les autres à cartographier / éditer OpenStreetMap. D’autres utilisateurs peuvent répondre à vos notes, par exemple pour demander des détails supplémentaires si nécessaire. Les membres de la communauté OSM à Bogotá en Colombie ont tenu des notathons – des réunions pour clore les notes OSM en attente – et maintenant ils essaient d’aider les différentes communautés latino-américaines à faire de même. Ci-dessous une interview d’Andrés Gómez (OSM Colombie) par Juan Arellano,CWG tranducteur), réalisée à l’origine en espagnol et puis traduite en anglais.

Juan Arellano – Bonjour Andrés, comment et quand avez-vous commencé à vous intéresser à la résolution de notes OSM ?

Andrés Gómez – Je me suis intéressée lorsque nous étions confinés à cause de la pandémie, avec beaucoup de temps libre et incapable de quitter la maison. C’était fin 2020, je parcourais la page de statistiques de Pascal Neis, et sur la page d’aperçu des notes OSM , j’ai vu que la Colombie était vraiment mauvaise en termes de notes fermées par rapport aux notes ouvertes. Ce n’était pas si surprenant car la communauté colombienne n’était pas très active et nous avions négligé cet aspect.

J’ai donc lu tout ce que je pouvais trouver sur les notes, les commentaires et comment les résoudre, mais je n’ai pas trouvé beaucoup d’informations. C’était un peu comme quand j’ai commencé à cartographier dans OSM… J’avais du mal à commencer. Il s’est avéré que les notes sont une couche différente, avec leur propre processus et flux, et je ne comprenais pas vraiment leur but.

Cependant, après en avoir résolu quelques-unes, j’ai commencé à comprendre la mécanique. Mais résoudre 5 000 notes était une tâche énorme! J’ai essayé de mobiliser un groupe que j’avais créé il y a des années, MaptimeBogota. Nous avions déjà organisé des soirées de cartographie, alors j’ai proposé des événements virtuels, car nous devions tous être à la maison, et j’ai attendu de voir ce qui allait se passer.

J’ai dû insister. A partir de mai 2021, tous les samedis à 11h, j’ai organisé un événement virtuel. Au début, personne n’y a assisté, mais j’ai continué à insister. Après plusieurs semaines, Doris Ruiz est arrivée, qui connaissait les SIG, mais pas OSM, et nous nous sommes soutenus mutuellement. Plus tard est venu Rafael Isturiz, qui connaît les communautés open source et l’administration informatique, et j’ai réussi à le convaincre du potentiel des notes (maintenant, il est le plus grand évangéliste de notes que je connaisse, et de grandes choses ont été accomplies grâce à lui). Grigoriy Geveyler, qui nous a soutenus dans la diffusion des événements a ensuite rejoint le groupe, et évidemment Juan Melo, qui est devenu l’un des grands contributeurs mondiaux.

Avec un tel groupe, la dynamique de résolution des notes s’est améliorée, et nous avons tous beaucoup appris non seulement sur les notes, mais aussi sur OSM et les SIG. En janvier de cette année, nous avons pu annoncer la fermeture de tous les ancienes notes en Colombie.

JA – Utilisez-vous des outils spéciaux pour la résolution de notes ?

AG – Au début, nous n’utilisions que l’outil Pascal Neis, car nous ne voulions résoudre les notes qu’en Colombie. Mais une fois cet objectif atteint, Rafael a proposé de reproduire le modèle dans d’autres pays. Nous avons donc commencé à partager le sujet sur la chaîne OSM Latam sur Telegram et avons finalement organisé une réunion, soutenue par Céline d’OSM Mexique, pour intégrer les pays de la région. Nous savions déjà comment utiliser des outils comme BigBlueButton, comment faire des présentations, comment diffuser via Meetup, donc toute la logistique était facile et l’événement a reçu une bonne réponse de la communauté. Rafa a proposé l’idée de faire un « Notathon », un événement axé sur la résolution de notes pour n’importe quel pays, où plusieurs contributeurs pourraient résoudre des notes dans le même domaine ensemble.

Pour développer le flux de travail des notathons, nous avons étudié d’autres outils. NotesReview est bon pour quelques notes dans un domaine donné. La visionneuse de notes OSM d’Anton a connu une évolution impressionnante, et nous lui avons demandé certaines fonctionnalités via GitHub, et il nous a soutenus dans leur développement. Plus récemment, nous avons utilisé le projet DAMN pour diviser les domaines d’intérêt, afin de pouvoir travailler en collaboration pour résoudre des notes dans le même domaine sans chevauchement.

JOSM est notre éditeur préféré pour résoudre les notes, et nous avons tous partagé nos expériences de différents plugins qui peuvent aider dans le processus de résolution de notes. Par exemple, les notes d’Erick de Oliveira pour la création de pistes non cartographiées sont assez exigeantes, alors Rafa a proposé Fast Draw, et cela nous a beaucoup aidés à résoudre environ 700 notes. Le téléchargement continu nous a également permis de télécharger automatiquement les données où que se trouvent les notes, accélérant ainsi la résolution. Nous avons même trouvé quelques bugs dans JOSM, et créé leurs tickets respectifs dans Trac. Nous avons également demandé à d’autres applications d’intégrer la fonctionnalité de notes, telles que FediPhoto et EveryDoor (ce qui était déjà le cas!).

JA – Alors, la communauté OSM latino-américaine a-t-elle répondu à vos appels à des notathons ?

AG – Oui, et nous avons regroupé tous les notathons des différents pays en Amérique latine dans un canal Telegram. C’est un premier pas, car il y a des gens qui ont plus d’expérience dans les notathons que nous; par exemple, Felipe Eugenio du Chili, qui en a résolu plus de 8 000! Avoir un canal dédié aux notes nous a permis de travailler avec concentration sur un sujet spécifique. Certaines personnes qui ne participent pas à des canaux OSM très actifs, parce qu’ils traitent de tant de sujets différents, préfèrent le canal Latam Notes parce qu’il est ponctuel et décisif.

En termes de participation aux notathons, la communauté est un peu timide, et il y a peu de contributeurs débutants qui arrivent, mais dans un événement de 1 heure, comme le notathon à Cuba, environ 100 notes sont résolues. C’est un nombre très élevé, car nous nous soutenions tous les uns les autres, tout en demandant à Ghostsama, qui était à Cuba, de clarifier les choses pour nous d’un point de vue local. Nous sentons que nous avons découvert de nouvelles possibilités à travers des notathons et nous voulons que plus de gens nous soutiennent et nous rejoignent. Nous pensons vraiment qu’à travers les notathons, vous apprenez beaucoup sur OSM –  En fait, lorsque vous allez résoudre une note, vous ne savez pas nécessairement de quoi il s’agira ou ce que l’utilisateur veut dire, vous devez donc chercher, lire, apprendre, et c’est tout, vous avez fait évoluer vos connaissances et vos compétences grâce à OSM!

JA – Quelle est la prochaine étape pour ce projet, de nouvelles idées à mettre en œuvre ?

AG – Pour moi, les notes sont la « voix » des utilisateurs de nos cartes, et nous devons les « écouter ». Nous savons que la résolution de notes peut se faire en collaboration entre les personnes sur le terrain et les personnes contribuant à distance, donc une idée est d’explorer l’utilisation potentielle des notes dans les interventions en cas de catastrophe, où les gens sur le terrain peuvent signaler ce qu’ils voient et, en temps réel, les cartographes distants peuvent apporter des modifications à la carte. Nous avons pensé à faire une équipe de cartographie hybride, où nous mettrions cette idée en pratique.

OSM est également utilisé par des plateformes comme Facebook ou Instagram, et lorsque notre carte est affichée sur ces réseaux sociaux, il y a la possibilité de faire un rapport. Nous aimerions que ces plateformes intègrent ces rapports sous forme de notes, ce qui permettrait de garder OSM plus à jour. Ces entreprises pourraient même déployer du personnel pour résoudre les notes soumises par leurs utilisateurs et, de cette façon, nous gagnons tous. 

Pour conclure, les notes sont présentes depuis plusieurs années au sein d’OpenStreetMap et il y a déjà plusieurs communautés qui croient en l’importance des notes de clôture. Je crois que nous découvrons tout juste le potentiel des notes et que l’appétit pour elles grandit – des gens d’autres communautés nous contactent car ils nous voient comme une longueur d’avance dans ce domaine. Nous voulons continuer à innover avec les notes OSM, et que la communauté autour d’eux grandisse !

JA – Enfin, parlez-nous un peu de vous et de votre relation avec la cartographie et la #openstreetmap.

AG – Je suis ingénieur système. Je travaille en tant que DBA pour Db2 depuis plus de 15 ans. Les données et les bases de données m’ont toujours intéressé; c’est pourquoi OSM m’intéresse. Ma relation avec OSM remonte à 2009, lorsque j’ai commencé à dessiner des nœuds et des lignes près de la maison de mes parents. Je ne savais pas vraiment comment contribuer et je n’étais pas au courant des mécanismes de gouvernance ou des communautés qui m’entouraient. À Bogota, ils venaient de mettre en place un nouveau système de transport : le SITP. Ce système est beaucoup plus structuré que l’ancien système chaotique, mais avec un défaut majeur à ce jour: il n’affiche pas d’informations à ses utilisateurs! Il n’y a pas de cartes dans les rues et monter à bord d’un bus peut être un cauchemar. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à faire beaucoup de recherches sur OpenStreetMap : rejoindre la communauté, lire le wiki, découvrir des applications, des sites web, des services, etc. et cela m’a aidé à mieux comprendre la dynamique de l’écosystème.

Bien que cela me passionne, le transport est une chose compliquée à mettre en œuvre, et demande beaucoup d’efforts, alors j’ai fini par le mettre de côté. Cependant, mon intérêt pour le renforcement de la communauté OSM a augmenté, et je me considère comme l’un des leaders de la communauté colombienne, et je pousse également la communauté Latam vers une plus grande intégration.