L’évolution du « notathon » en Amérique latine

“Notes” est une fonctionnalité essentielle du site Web OpenStreetMap.org. Il vous permet d’ajouter un commentaire sur la carte pour aider les autres à cartographier / éditer OpenStreetMap. D’autres utilisateurs peuvent répondre à vos notes, par exemple pour demander des détails supplémentaires si nécessaire. Les membres de la communauté OSM à Bogotá en Colombie ont tenu des notathons – des réunions pour clore les notes OSM en attente – et maintenant ils essaient d’aider les différentes communautés latino-américaines à faire de même. Ci-dessous une interview d’Andrés Gómez (OSM Colombie) par Juan Arellano,CWG tranducteur), réalisée à l’origine en espagnol et puis traduite en anglais.

Juan Arellano – Bonjour Andrés, comment et quand avez-vous commencé à vous intéresser à la résolution de notes OSM ?

Andrés Gómez – Je me suis intéressée lorsque nous étions confinés à cause de la pandémie, avec beaucoup de temps libre et incapable de quitter la maison. C’était fin 2020, je parcourais la page de statistiques de Pascal Neis, et sur la page d’aperçu des notes OSM , j’ai vu que la Colombie était vraiment mauvaise en termes de notes fermées par rapport aux notes ouvertes. Ce n’était pas si surprenant car la communauté colombienne n’était pas très active et nous avions négligé cet aspect.

J’ai donc lu tout ce que je pouvais trouver sur les notes, les commentaires et comment les résoudre, mais je n’ai pas trouvé beaucoup d’informations. C’était un peu comme quand j’ai commencé à cartographier dans OSM… J’avais du mal à commencer. Il s’est avéré que les notes sont une couche différente, avec leur propre processus et flux, et je ne comprenais pas vraiment leur but.

Cependant, après en avoir résolu quelques-unes, j’ai commencé à comprendre la mécanique. Mais résoudre 5 000 notes était une tâche énorme! J’ai essayé de mobiliser un groupe que j’avais créé il y a des années, MaptimeBogota. Nous avions déjà organisé des soirées de cartographie, alors j’ai proposé des événements virtuels, car nous devions tous être à la maison, et j’ai attendu de voir ce qui allait se passer.

J’ai dû insister. A partir de mai 2021, tous les samedis à 11h, j’ai organisé un événement virtuel. Au début, personne n’y a assisté, mais j’ai continué à insister. Après plusieurs semaines, Doris Ruiz est arrivée, qui connaissait les SIG, mais pas OSM, et nous nous sommes soutenus mutuellement. Plus tard est venu Rafael Isturiz, qui connaît les communautés open source et l’administration informatique, et j’ai réussi à le convaincre du potentiel des notes (maintenant, il est le plus grand évangéliste de notes que je connaisse, et de grandes choses ont été accomplies grâce à lui). Grigoriy Geveyler, qui nous a soutenus dans la diffusion des événements a ensuite rejoint le groupe, et évidemment Juan Melo, qui est devenu l’un des grands contributeurs mondiaux.

Avec un tel groupe, la dynamique de résolution des notes s’est améliorée, et nous avons tous beaucoup appris non seulement sur les notes, mais aussi sur OSM et les SIG. En janvier de cette année, nous avons pu annoncer la fermeture de tous les ancienes notes en Colombie.

JA – Utilisez-vous des outils spéciaux pour la résolution de notes ?

AG – Au début, nous n’utilisions que l’outil Pascal Neis, car nous ne voulions résoudre les notes qu’en Colombie. Mais une fois cet objectif atteint, Rafael a proposé de reproduire le modèle dans d’autres pays. Nous avons donc commencé à partager le sujet sur la chaîne OSM Latam sur Telegram et avons finalement organisé une réunion, soutenue par Céline d’OSM Mexique, pour intégrer les pays de la région. Nous savions déjà comment utiliser des outils comme BigBlueButton, comment faire des présentations, comment diffuser via Meetup, donc toute la logistique était facile et l’événement a reçu une bonne réponse de la communauté. Rafa a proposé l’idée de faire un « Notathon », un événement axé sur la résolution de notes pour n’importe quel pays, où plusieurs contributeurs pourraient résoudre des notes dans le même domaine ensemble.

Pour développer le flux de travail des notathons, nous avons étudié d’autres outils. NotesReview est bon pour quelques notes dans un domaine donné. La visionneuse de notes OSM d’Anton a connu une évolution impressionnante, et nous lui avons demandé certaines fonctionnalités via GitHub, et il nous a soutenus dans leur développement. Plus récemment, nous avons utilisé le projet DAMN pour diviser les domaines d’intérêt, afin de pouvoir travailler en collaboration pour résoudre des notes dans le même domaine sans chevauchement.

JOSM est notre éditeur préféré pour résoudre les notes, et nous avons tous partagé nos expériences de différents plugins qui peuvent aider dans le processus de résolution de notes. Par exemple, les notes d’Erick de Oliveira pour la création de pistes non cartographiées sont assez exigeantes, alors Rafa a proposé Fast Draw, et cela nous a beaucoup aidés à résoudre environ 700 notes. Le téléchargement continu nous a également permis de télécharger automatiquement les données où que se trouvent les notes, accélérant ainsi la résolution. Nous avons même trouvé quelques bugs dans JOSM, et créé leurs tickets respectifs dans Trac. Nous avons également demandé à d’autres applications d’intégrer la fonctionnalité de notes, telles que FediPhoto et EveryDoor (ce qui était déjà le cas!).

JA – Alors, la communauté OSM latino-américaine a-t-elle répondu à vos appels à des notathons ?

AG – Oui, et nous avons regroupé tous les notathons des différents pays en Amérique latine dans un canal Telegram. C’est un premier pas, car il y a des gens qui ont plus d’expérience dans les notathons que nous; par exemple, Felipe Eugenio du Chili, qui en a résolu plus de 8 000! Avoir un canal dédié aux notes nous a permis de travailler avec concentration sur un sujet spécifique. Certaines personnes qui ne participent pas à des canaux OSM très actifs, parce qu’ils traitent de tant de sujets différents, préfèrent le canal Latam Notes parce qu’il est ponctuel et décisif.

En termes de participation aux notathons, la communauté est un peu timide, et il y a peu de contributeurs débutants qui arrivent, mais dans un événement de 1 heure, comme le notathon à Cuba, environ 100 notes sont résolues. C’est un nombre très élevé, car nous nous soutenions tous les uns les autres, tout en demandant à Ghostsama, qui était à Cuba, de clarifier les choses pour nous d’un point de vue local. Nous sentons que nous avons découvert de nouvelles possibilités à travers des notathons et nous voulons que plus de gens nous soutiennent et nous rejoignent. Nous pensons vraiment qu’à travers les notathons, vous apprenez beaucoup sur OSM –  En fait, lorsque vous allez résoudre une note, vous ne savez pas nécessairement de quoi il s’agira ou ce que l’utilisateur veut dire, vous devez donc chercher, lire, apprendre, et c’est tout, vous avez fait évoluer vos connaissances et vos compétences grâce à OSM!

JA – Quelle est la prochaine étape pour ce projet, de nouvelles idées à mettre en œuvre ?

AG – Pour moi, les notes sont la « voix » des utilisateurs de nos cartes, et nous devons les « écouter ». Nous savons que la résolution de notes peut se faire en collaboration entre les personnes sur le terrain et les personnes contribuant à distance, donc une idée est d’explorer l’utilisation potentielle des notes dans les interventions en cas de catastrophe, où les gens sur le terrain peuvent signaler ce qu’ils voient et, en temps réel, les cartographes distants peuvent apporter des modifications à la carte. Nous avons pensé à faire une équipe de cartographie hybride, où nous mettrions cette idée en pratique.

OSM est également utilisé par des plateformes comme Facebook ou Instagram, et lorsque notre carte est affichée sur ces réseaux sociaux, il y a la possibilité de faire un rapport. Nous aimerions que ces plateformes intègrent ces rapports sous forme de notes, ce qui permettrait de garder OSM plus à jour. Ces entreprises pourraient même déployer du personnel pour résoudre les notes soumises par leurs utilisateurs et, de cette façon, nous gagnons tous. 

Pour conclure, les notes sont présentes depuis plusieurs années au sein d’OpenStreetMap et il y a déjà plusieurs communautés qui croient en l’importance des notes de clôture. Je crois que nous découvrons tout juste le potentiel des notes et que l’appétit pour elles grandit – des gens d’autres communautés nous contactent car ils nous voient comme une longueur d’avance dans ce domaine. Nous voulons continuer à innover avec les notes OSM, et que la communauté autour d’eux grandisse !

JA – Enfin, parlez-nous un peu de vous et de votre relation avec la cartographie et la #openstreetmap.

AG – Je suis ingénieur système. Je travaille en tant que DBA pour Db2 depuis plus de 15 ans. Les données et les bases de données m’ont toujours intéressé; c’est pourquoi OSM m’intéresse. Ma relation avec OSM remonte à 2009, lorsque j’ai commencé à dessiner des nœuds et des lignes près de la maison de mes parents. Je ne savais pas vraiment comment contribuer et je n’étais pas au courant des mécanismes de gouvernance ou des communautés qui m’entouraient. À Bogota, ils venaient de mettre en place un nouveau système de transport : le SITP. Ce système est beaucoup plus structuré que l’ancien système chaotique, mais avec un défaut majeur à ce jour: il n’affiche pas d’informations à ses utilisateurs! Il n’y a pas de cartes dans les rues et monter à bord d’un bus peut être un cauchemar. C’est à ce moment-là que j’ai commencé à faire beaucoup de recherches sur OpenStreetMap : rejoindre la communauté, lire le wiki, découvrir des applications, des sites web, des services, etc. et cela m’a aidé à mieux comprendre la dynamique de l’écosystème.

Bien que cela me passionne, le transport est une chose compliquée à mettre en œuvre, et demande beaucoup d’efforts, alors j’ai fini par le mettre de côté. Cependant, mon intérêt pour le renforcement de la communauté OSM a augmenté, et je me considère comme l’un des leaders de la communauté colombienne, et je pousse également la communauté Latam vers une plus grande intégration.

This post is also available in: Swahili